Après 4 jours, on quitte Chicago et ses buildings pour la nature et les grands espaces : le Yellowstone National Park. On a bien besoin de prendre un bon bol d’air frais avec toutes ces grandes villes ! Ce gigantesque parc est à cheval sur 3 états : le Wyoming, le Montana et l’Idaho (le pays de la patate !).

[wpgmappity id= »4″]

Idaho, le pays de la patate !

On a préféré séjourner dans un endroit où on avait accès aux 2 parcs : Yellowstone et Grand Teton (on prononce titone hein), une chaîne de montagnes juste en dessous de Yellowstone.

Après une connexion à Denver (le dernier diiinausooooore…) on arrive à l’aéroport de Bozeman, MT. Notre petite automobile (bileu) nous attend (impossible sans !). Notre nouvelle copine de voyage n’est pas du tout petite : elle est énorme mais aux normes du coin, un gros 4×4.

Manu se refait la main sur la voiture (il n’a pas conduit depuis des mois et en plus, c’est une boîte auto) et on part rejoindre notre B&B cottage dans les montagnes. Je dresse le tableau : le paysage est magnifique : des montagnes encore enneigées, des vallées toutes vertes, des rivières un peu partout, des ranchs sur des très loooongues routes. Les cheveux dans le vent au volant de notre mastodonte et de la musique country passe à la radio. On sur-kiffffffffe !!!

Vue de l’avion sur Yellowstone
Paysage : vallées, montagnes, 4×4 sur fond de country !

On ne reste que 3 jours plein ici, alors il faut en profiter. Le lundi (1er juillet) était consacré au voyage On découvre notre petit chez nous pour les prochains jours, un petit chalet trop mignon. Mais je tombe sur un truc bizarre qui traîne sur le comptoir de la cuisine. Je tripote et j’enlève un truc. Pssssshiiiittttttt. Gloups. Ca a aspergé une bonne partie du mur. C’est marron. Je me retourne et je regarde Manu d’un air de quelqu’un qui a fait une grosse boulette et qui cherche de l’aide. J’ai à peine le temps de finir ma moue que mon nez me pique, ma gorge me gratte et je ne peux plus respirer. On est obligé de sortir en courant de la maisonnette en toussant de tout ce qu’on peut. Aie. Oui ça c’est de la boulette. Il s’agissait d’une bombe qu’on utilise en cas d’attaque d’ours. Hum. La nuit tombe, c’est bientôt l’heure d’aller rejoindre Morphée et l’air de la maison est irrespirable. Re hum. Manu me jette un regard qui en dit long (du genre, à cause de toi, finit notre nid douillet, on va aller dormir dans la voiture). On a beau aérer la maison mais l’air à l’intérieur est tellement poivré que ça nous brûle les voies respiratoires. 2h plus tard, ça finit par s’estomper et on finit enfin par se coucher. Mais avant Manu prend bien soin de regoupiller la bombe et de la laisser en dehors de ma portée. Je vous passe le moment de gêne le lendemain matin quand le proprio m’a demandé pourquoi la bombe était dehors. Sorry hihi, je suis une fille de la ville, je viens de NY/Paris et j’ai vu des ours que depuis derrière une clôture, dans un zoo. C’te honte.

Notre maison dans la prairie !

Le mardi, on se lève tôt (arf, 5h !) et on part à la conquête du parc (parc au sens américain du terme, c’est à dire grandissime, pas au sens français, soit 9000 km2, un chtouille plus grand que la Corse). Sauf qu’on est quand même un peu loin, 2 bonnes heures pour rejoindre le centre du parc mais on en prend plein les mirettes avec le décor ! On arrive à l’entrée et un panneau nous met dans l’ambiance : attention, bisons. Punaise, ça traîne pas, 1km plus loin, deux bisons sont sur la route. Wahouuuuu. Je relis la brochure qu’on nous a donné à l’entrée du parc : ne pas s’approcher des bisons à moins de 25m – bestiaux de 900kg qui peuvent charger à 48km/h. Ok. On passe à côté en ne respirant pas trop fort et en essayant de ne pas affoler la bête avec le clic de l’appareil photo. Ca serait dommage qu’il nous défonce la voiture hein. Pfiou. A peine 10 min dans le parc, ça commence bien !

Règle n°1, ne pas brusquer la bête. Règle n°2, prendre son mal en patience le temps qu’elle traverse.

Au fil du paysage, on commence à découvrir  les geysers, ces sources d’eau chaude ou de vapeur qui jaillissent un peu partout dans le parc. Bleu, rouge, jaune, les couleurs sont magnifiques et on se frotte les yeux pour voir si on ne rêve pas.

Des cheminées de vapeur un peu partout !

900 kg en chair et en os !
Mé ou kilé le geyser ?
Karine & Manu @ Yellowstone !
Admirez ce superbe dégradé de couleur de la vapeur !

Le lendemain, on s’est décidé pour faire du rafting dans Grand Teton sur la Snake River. Le temps était pas tiptop. L’eau est tellement froide qu’on est obligé d’enfiler des combinaisons et des espèces K-way. On a surkiffé ! C’était marrant, à chaque grosse vague ou chaque fois qu’on se prenait de l’eau sur nous, tout le monde criait. L’eau était vraiment gelée. Dommage.

Euh… on est dans quel désert déjà ?
Rafting !
Ca change de décor avec NYC, hein ?

Dernier jour, on a remonté tout le parc vers le nord. On est passé par Mammoth Hot Spring, là encore, des geysers et un paysage à couper le souffle.

Mammoth Hot Spring
Ohhhh y’a Bambi qui fait dodo !!!!
Mammoth Hot Spring
Bip-bip le coyote !
Même pas peur d’abord ! Opération Ours pour Manu : en avoir un absolument. Raté. (ouf !)
Vive les vacances !

Bon, on peut pas mettre toutes les photos, c’est juste impossible. On aurait bien aimé rester un peu plus longtemps, 4 jours, c’était vraiment trop court. Concernant les ours, ça ne rigole pas. Il y a quelques jours, un homme a été tué par un Grizzly dans le parc, même si cela reste très très rare. Pour voir l’article, c’est par ici.

Prochaine étape, Seattle !