Ca fait 6 mois que Manu est là et 4 pour moi, et on ne vous a même pas parler de l’emblème de New York, des US, du monde ! : la Statue de la Liberté ! Sacrilège ! Elle nous accueille chez elle alors elle mérite bien qu’on lui consacre un minimum d’attention ! Et puis un blog consacré à New York ne serait pas un blog consacré à New York si nous n’en parlions pas.

Comment vous dire.
Visiter la Statue de la Liberté, c’est toute une affaire. Avec Manu, on commence, que dis-je, on est (enfin du moins on le pense) rodé sur la façon de visiter ce monument. Ben oui, il faut dire que j’en suis à ma quatrième visite, et Manu, à sa première visite et demie (et demi car la 1ère fois, il a du faire demi tour, il s’est pointé à 16h, c’était fermé).

Tout d’abord, c’est une visite qu’on programme. On a remarqué qu’à chaque fois qu’on voulait y aller (et ce avec chacun de nos invités), le programme de la visite de NYC se faisait au jour le jour (et encore, on pourrait même dire heure par heure dès fois !). Par contre, la visite de la Statue, c’est quelque chose qui est toujours planifié longtemps à l’avance. Allez savoir pourquoi ! On a bien une théorie à partager…

Théorie de Karine : Il faut qu’il fasse beau. C’est impératif, sinon, ça ne rend pas sur les photos. Ba oui, pourquoi faire 8000 km si, sur votre étagère du salon, il n’y a pas une photo de vous radieux avec, derrière, la Statue de la Liberté bien verte et le ciel bien bleu ?

Théorie de Manu : c’est une journée qu’il faut programmer car il faut se lever tôt et donc mettre le réveil en vacances ! Il faut se pointer à 9h au Castle Clinton dans Battery Park, à la pointe de Manhattan (métro 1 – South Ferry).

On doit certainement être tous les deux dans le vrai car il vaut mieux faire 2h de queue au soleil que 2h de queue sous la pluie ! Quoi 2h de queue ça vous paraît beaucoup ? Ba, c’est quand même la Statue de la Liberté ! Même les touristes américains la visite ! Avec un peu de chance, si vous vous pointez à 9h tapantes (j’ai dit tapantes), vous n’aurez pas trop d’attente.

Vous prenez vos billets (12$ ou 20$ avec l’audioguide) qui comprennent : le bateau pour Liberty Island + le passage sur l’île + le bateau pour Ellis Island + la visite du musée de l’immigration. Pour monter dans la couronne, il faut réserver 3 mois avant, nous on a pas eu cette patience (l’avenir appartient à ceux qui ce lève tôt ET qui s’y prenne tôt !). Et puis, vous vous armez de patience pour faire la queue (je n’ai pas dit qu’à 9h il n’y avait pas de queue, j’ai dit qu’il y en avait pas trop). Pour avoir moins d’attente, vous pouvez réserver vos places sur le site internet de la Statue of Liberty, (mais non annulable si ce jour il tombe des cordes par exemple, c’est à vos risques et périls. Pensez à votre photos sur l’étagère du salon !). Ensuite, c’est comme à l’aéroport (11 sept 2001 oblige), vous enlever vos chaussures et votre ceinture, montrez pattes blanches et hop, ni une, ni deux, vous montez dans le bateau. Côté droit surtout et restez debout malheureux !!!

Le bateau quitte le quai et la vous comprenez pourquoi « côté droit surtout et restez debout ! ». A votre droite, une vue imprenable sur Manhattan et sa skyline et à votre gauche, la Statue. Vous ne savez plus où donner de la tête ! La skyline s’amenuise à droite et la Statue prend de la hauteur à gauche. C’est excitant, ça fait des zigouigouis dans le ventre et c’est là que vous réalisez que VOUS ETES A NEW YORK !!!! YOUHOU !

Le bateau accoste et là c’est parti pour le marathon photos (sur le bateau, c’était de la rigolade). Vous, dans tous les sens avec la Statue, sous toutes les coutures (et vous pensez plus que jamais à votre cadre photo sur l’étagère du salon). Et vous faites le tour de la petite île, vous la regardez droit dans les yeux, de haut en bas, de bas en haut, en long en large et en travers histoire d’immortaliser ce moment. Et là, ça vous frappe comme un coup de massue : mais elle est petite ! (enfin, c’est ce que nous en avons pensé… on l’imaginait plus grande, l’effet film, très certainement…) Ensuite, vous remontez dans le bateau et prenez la direction d’Ellis Island. Impossible de ne pas faire un passage dans le musée. Ca vous donne d’ailleurs des frissons le fait de voir toutes ces photos, données, histoires sur les millions d’immigrants qui sont passés par là juste avant vous.

Durée pour faire tout ça : vous pouvez le faire en 3h comme en 7 (c’est du vécu !).

Sinon, pour les plus fauchés ou les plus pressés, vous pouvez aussi prendre le ferry qui va de la pointe de Manhattan à Staten Island, c’est gratuit et le bateau passe à proximité de la Statue…

Bon voilà, c’est fait.
Ca fait 4 fois et demi qu’on va la voir. Je viens de lui consacrer un super long article. On lui a assez rendu hommage. J’espère qu’elle va m’accorder son visa et un travail maintenant !!!

Voir aussi « Une semaine à NY !«