On ne va pas se lancer dans une grande explication du « comment faire mes études à New York » car on n’est pas expert en la matière (et on ne voudrait surtout pas vous induire en erreur). Par contre, on peut vous expliquer notre parcours en la matière, vous présentez nos p’tits conseils et vous montrer comment j’ai pu obtenir un visa étudiant.

1. Tout d’abord, quelques trucs à savoir sur le visa étudiant avant de foncer tête baissée :
– le visa étudiant est aussi appelé visa F ou M,
– il est délivré uniquement si vous êtes accepté dans une école ou une institution reconnue comme école américaine (oubliez l’école des cours de foot hein, ça marche uniquement sur des cours généraux, spécialisés ou linguistiques),
– ce visa n’est pas un visa de travail, il ne permet donc pas de travailler légalement aux Etat-Unis (la première année de vos études en tout cas. A partir de la deuxième année, vous pouvez demander une autorisation de travail),
– vous devez suivre un minimum de 20h de cours par semaine pour pouvoir établir un tel visa,
– prouver que vous avez un budget conséquent qui vous permettra de vivre sans travailler (8 000 $ pour 6 mois environ)

2. Posez-vous la question : Qu’est ce que je veux faire exactement ?

C’est une question existensielle, je sais bien, mais pourtant nécessaire ! Faire ces études à NYC, c’est bien vaste ! Posez-vous les questions suivantes :
Est ce que je veux reprendre/continuer mes études dans mon domaine de prédilection ?
Est ce que je veux obtenir un diplôme ?
Est ce que je veux juste améliorer mon anglais ?
Est ce que mon niveau d’anglais est suffisant pour intégrer une université ?
Est ce que je veux vraiment reprendre mes études ou juste avoir un visa qui me permette de rester sur le territoire US ?
Ai-je vraiment besoin d’un visa si je peux faire avec ma fac française une année d’échange ?
La réponse à ces questions vous permettra de mieux cibler  vos écoles, le budget qui en découle et de déterminer si c’est le visa étudiant qu’il vous faux vraiment.

3. Vers quoi je me tourne ?

En fonction des réponses à ces questions, vous allez plus vous tourner vers une université si vous souhaitez obtenir continuer vos études ou obtenir un diplôme. Attention, les universités américaines sont très chères et requiert un certain niveau d’anglais au préalable. Renseignez-vous bien.
Si vous n’avez pas besoin d’un diplôme et que  vous souhaitez juste améliorer votre anglais, une université n’est pas nécessaire. Vous pouvez vous adresser auprès d’un organisme de langues, ils sont également reconnus comme « école » même s’ils ne délivrent pas de diplôme.
Si vous voulez travailler, chercher une entreprise au lieu de chercher une école ! Car interdiction totale de travailler avec un visa étudiant. Et si vous ne souhaitez pas du tout étudier, ça ne sert à rien de payer l’école, vous pouvez aussi faire une demande de visa touriste (B2), 6 mois renouvelables une fois.

4. Procédure pour l’obtention d’un visa étudiant :
– Contacter l’école (quelque quelle soit), remplir les formalités administratives classiques  ainsi que les frais d’inscriptions et demandez le formulaire I-20
Payer les frais SEVIS (environ 200$, juste comme ça, car c’est obligatoire) via le formulaire I-901
– Compléter le formulaire DS-160
– Prenez RDV à l’ambassade (14€ et bam) et présentez-vous à l’entretien avec les documents suivants :

  • Un passeport valide
  • La page de confirmation du formulaire DS-160
  • Une photographie de moins de six mois
  • Une envelope chronopost à votre adresse
  • Le formulaire original I-20 (délivré par l’école ou l’université aux Etats-Unis)
  • Justificatif de paiement des frais SEVIS
  • Justificatifs à joindre à votre demande : extrait de compte (8 000 $ pour 6 mois, toute preuve indiquant que vous souhaitez revenir en France)

Ecoles de langue testées (mais tellement plein d’autres !) :
NYLC
Zoni
Spanish American Institute (site archi pourri mais c’est la moins chère de NY !)

Pour vous aider, dans le blog, on en parle ici :
Les Visas
Back to France
–  Visa étudiant – verdict de l’ambassade

Pour en savoir plus, c’est par là.