Comme on le disait, notre objectif en passant par Seattle était de se faire la route 101. Cette route  (2 478km) débute juste en dessous de Seattle et rejoint San Francisco (et même Los Angeles) en longeant la côte ouest. C’est en fait l’ancienne autoroute (elle longe la route 5, plus récente et plus rapide) et elle est connue pour être une des plus belles et des plus historiques route des Etats-Unis.

Qu’à cela ne tienne ! Hop, on loue notre voiturette et nous voilà reparti !

[wpgmappity id= »4″]

Notre prochaine grosse étape est San Francisco et on se donne 4 jours plein pour rejoindre la ville. Après Seattle, c’est un peu free style : plus rien n’est réservé, pas de logement, de dates concrètes, pas d’obligations, pas d’impératifs, juste nous, la route et les vacances. Je ne vous raconte pas le sentiment que ça nous procure, en fait si, je vais vous le dire : de la liberté ! C’est fou comme ça fait du bien ! Vous devriez essayer…

Bon revenons-en à nos moutons. Au début, nous sommes passés pas le Olympic National Park dans l’état de Washington. Où plutôt, on l’a contourné en passant par Port Angeles, le Crescent Lake, Forks, La Push (oh tient, ce ne serait-y pas dans un film tout ça ?) Graaaaave… vous êtes trop fort ! TWILIGHT ! On a passé notre 4 juillet dans la petite ville de Forks. La ville est devenue très touristique depuis les films adaptés des livres et ils ont même organisés des tours de la ville en fonction des scène de films ! Sauf qu’en fait, il n’y a pas du tout besoin, je vous le donne en mille : la ville fait la taille d’un mouchoir de poche et il y a 3 000 âmes qui vivent. Rikiki quoi ! On a passé notre soirée du 4 juillet dans cette petite ville et on s’est improvisé un picnic en regardant le feu d’artifice. Le soir, on s’est fait notre premier motel américain.

Le lendemain, direction La Push (réserve indienne), ses plages, ses forêts. MA-GNI-FI-QUE. Un régal pour les yeux et plein de « Waaaaa », « ohhhh »… La côté est vraiment sauvage, avec des falaises abrutes, des grandes plages, des forêts aux arbres immenses.

On a ainsi traversé les états de Washington, Oregon et une partie de la Californie. On a vu le paysage changer surtout en arrivant en Californie : le vent s’est réchauffer, les forêts ont disparu et on laissé place aux champs de moutons et aux aigles qui se laissent porter par le vent. 1 700 km de paysages magnifiques. San Francisco, nous voilà !