L’autre jour, il faisait une chaleur tellement atroce dans l’appartement (alors même qu’il y avait la clim, c’est pour vous dire !!!), on s’est dit que si on ne voulait pas se liquéfier sur place (ben oui, après pour le ménage, les odeurs, la lessive, c’était pas pratique quoi). Donc, on s’est armé de courage et on s’est traîné jusqu’à la piscine, ouverte et gratuite, de Central Park. Et là tout de suite, je sais ce que vous vous dites, si si, je vous entends penser jusqu’ici : « QUOI ? mais ils sont cinglés, la piscine de Central Park, ça doit être blindé surtout par ce temps, un samedi en plus, punaise, mais quelle idée ! Ils vont pas être tous seuls ! » Est ce que je me trompe ? 😉

Eh bien, c’est à peu de chose près ce qu’on s’est dit nous-même. Et vous allez comprendre pourquoi on y est allé quand même…

Ca fait plusieurs mois maintenant que je cherche une piscine, attention, pas une pataugeoire ni une piscine olympique, juste une piscine normale, même couverte, ça nous aurait convenu…IM-PO-SSIBLE ! Un truc de dingue. Les piscines new-yorkaises n’ont pas du tout l’air de fonctionner comme les piscines françaises. Qu’est ce que j’entends par piscine française : une piscine que le maire a gentiment ouvert pour vous et qui est près de chez vous (genre 15 min maxi en voiture) avec un droit d’entrée à 4 ou 5 € grand maxi. A New York, c’est impossible à trouver (ou en tout cas, on n’a pas encore trouvé), Mr Bloomberg n’est pas aussi gentil que les maires français sur ce coup là. Les seules piscines qu’on a trouvé ce sont les piscines dites « en club » à 300$ l’année (punaise il faut vraiment être motivé quand on s’inscrit) ou 35$ la journée ! Et admettons que ça nous convienne, il y a une liste d’attente !!!

On a bien trouvé des piscines gratuites mais elles sont réservées aux enfants…Bref, c’est la misère des piscines ici, pas moyen de faire quelques longueurs, ses petits-abdos et de papoter après…snif. Donc il nous restait 2 possibilités : soit on faisait notre propre piscine dans la baignoire soit on allait à la piscine de Central Park. Et comme dans la vie il faut faire des choix…

Alors, il faut que je vous raconte ça ! Déjà, comme il n’y a pas vraiment d’adresse (on savait juste qu’elle se trouvait à la hauteur de la 107ème rue), il faut suivre les cris (de joie j’imagine). Et ensuite, il faut trouver l’entrée (pour ceux qui la chercheront : côté ouest du park, forcément, nous on est arrivé côté est, grrrr !) Ca faisait un peu comme si on avait trouvé une oasis dans le désert ! On voyait la piscine mais on ne savait pas comment y aller. Une fois l’entrée trouvée…il nous a fallu faire la queue car le nombre maximum de « piscineurs » était atteint…Grrrr…encore cette histoire de file d’attente ! Mais vu la chaleur et vu la piscine énorme devant nous, pas moyen qu’on cède notre place, donc on a fait le pied de grue pendant une bonne trentaine de minutes. Ce fut terrible. On dégoulinait sur place, on n’avait plus rien à boire, on attendait derrière la grille et le pire, c’était de voir les gens dans l’eau entrain de se rafraîchir. Une vrai torture, comme si on laissait un enfant devant une boîte de bonbons ouverte et qu’on lui disait « touche pas ». Cela dit, on a eu le temps de remarquer que la piscine était archi bondée 🙁

AYE, c’est notre tour ! Le temps de montrer que vous êtes outillés (maillot de bain, serviette et cadenas sinon c’est demi-tour, voir les conditions ici) et hop, direction les vestiaires. Alors là, préparation archi psychologique si jamais un jour vous y mettez les pieds : surtout ne vous déchaussez pas ! Vous risqueriez d’attraper la rougeole combinée avec le chikungunya et la syphilis ! Du coup, ça m’a carrément refroidi pour aller me tremper dans le nid à microbes. Bon, c’est sûr, c’est juste ma version des faits et Manu a dit que j’étais un peu chochotte et difficile sur ce coup là (la piscine gratuite, blablabla…). Toujours est-il que j’ai attendu d’avoir bien chaud et de ne plus tenir sur ma serviette pour aller faire trempette (un aller-retour bien sûr). En plus, les gens n’arrêtaient pas de crier dans tous les sens, de sauter dans l’eau, de s’éclabousser (je parle des adultes là), j’ai bien failli me battre avec un gars qui m’arrosait… bref  la piscine de Central Park, oui ça rafraîchit (forcément, après 30 min entrain de cuire au soleil, même un sauna vous rafraîchirait !) mais le truc vraiment bien, c’est de se dire que vous être entrain de patauger dans une piscine au beau milieu de Central Park, avec les buildings qui vous entourent…so New York !

De notre côté, on ne désespère pas et on a reprit nos recherches de piscine à la française…d’ailleurs, je lance un appel, si quelqu’un connaît quelqu’un qui a entendu parler d’un tel endroit, qu’il nous fasse signe !

PS : En hiver, la piscine devient patinoire… 😀