Autant on a littéralement crévé de chaud cet été, on a transgouté de tout ce qu’on pouvait jusqu’à s’en trouver presque mal sur le quai du métro, à rechercher la moindre parcelle d’ombre dans la rue sous un soleil de 40°C  avec bien souvent des taux d’humidités qui ferait palîr de jalousie la forêt amazonienne autant là on se croirait au pôle Nord, au milieu de l’Arctique, sur le plus haut iceberg du.. Read More